40e Tour du Léman à l'Aviron

  40e Tour du Léman à l'Aviron

Une prouesse tactique permet à un équipage de vétérans de remporter le Tour du Léman à l’aviron

La quarantième édition du traditionnel Tour du Léman à l’Aviron s’est avérée humide et éprouvante pour les vingt-trois équipages inscrits, dont trois ont coulé. Une grande surprise attendait le public sur la ligne d’arrivée !

Genève, le 30 septembre 2012 – La quarantième édition du Tour du Léman à l’Aviron s’est montrée fidèle à sa réputation : éprouvante, intense, captivante et impitoyable pour les équipages les moins expérimentés.

Partis exceptionnellement à huit heures du matin en raison de la bise annoncée, les rameurs ont mis le cap sur le haut lac à vive allure, et vécu une première partie de course humide, sous une pluie battante, mais encore relativement calme au niveau des vagues et du vent ; la principale hantise des rameurs.
Parvenus dans le grand lac, ils ont alors commencé à affronter une bise naissante, qui a incité les organisateurs à modifier le parcours-retour depuis la marque de Riva : au lieu de continuer en direction du Bouveret et de revenir en longeant la côte française, ils ont fait demi-tour et longé une nouvelle fois la côte Suisse, sur un parcours aussi long au niveau de la distance mais mieux abrité de la bise.

Les allemands de l’équipe RC HAMM/MAINZER RV/RC NÜRTINGEN, vainqueurs l’an passé et grands favoris de cette édition, étaient alors en tête, mais une surprise les attendait sur le chemin du retour. Matthias Decker, vainqueur à Genève en compagnie de son équipe LUDWIGSHAFENER RUDERVEREIN VON 1878, raconte la fin de course :
« Lorsque nous sommes arrivés à la hauteur de Nyon, nous avons pris la décision de traverser le lac en direction de la côte française, afin de bénéficier d’un lac plus plat. La traversée était très difficile, et les bateaux en charge de la sécurité nous faisaient de grands gestes en nous indiquant de continuer en direction de Coppet, puis Versoix. Mais nous avons poursuivi en direction de Nernier, et effectivement trouvé des conditions plus clémentes qui nous ont permis de poursuivre notre route sereinement. Parvenus à la hauteur de la Pointe à la Bise, nous avons à nouveau traversé le lac, en direction de l’hôtel Président, afin de contourner la dernière bouée règlementaire. Il faisait nuit, et nous pensions que nous avions probablement perdu quelques places dans cette aventure. Mais lorsque nous avons franchi la ligne d’arrivée, nous avons été salués par un coup de canon. Nous avons alors compris que nous avions remporté la course. Nous sommes extrêmement heureux, et très fiers de cette victoire. »
Matthias Decker et ses coéquipiers, Michael Decker, Gerhard Hock, Jürgen Hock, Andreas Orth, ramaient dans la catégorie Masters, qu’ils ont donc également remportée. Quant à Christian Klandt, qui effectuait la course en solitaire, sur un skiff, il a bouclé son tour du lac en 14 heures et 27 minutes, soit plus rapidement que certains équipages. Un véritable exploit !

Stéphane Trachsler, le Président du Comité d’organisation, précise que « c’est l’expérience qui a parlé. Il y a deux ans, cette même équipe avait coulé au large du Vengeron. Ils ne se sont pas fait piéger une seconde fois. » Trois équipages n’ont pas eu cette chance : l’équipe de Saint Petersbourg a coulé à 200 mètres de l’arrivée. Les Lausannois (Lausanne-Sport Aviron) et les allemands de RGM LUFTHANSA SPORTVEREIN HAMBURG ont subi le même sort. Tous ont été rapidement récupérés par les responsables de la sécurité.

« Cette quarantième édition s’est conclue sur un grand succès », précise Stéphane Trachsler. « Les conditions étaient certes difficiles, et les rameurs ont tout vu : de la pluie, des vagues, du vent fort. Mais ils ont aussi su apprécier le paysage magnifique, et vécu intensément cette épreuve de fond, très dure physiquement, qui s’est parfaitement déroulée d’un point de vue organisationnel. »